• Le cancer est une maladie caractérisée par la prolifération incontrôlée de cellules, liée à un échappement aux mécanismes de régulation qui assure le développement harmonieux de notre organisme.

    En se multipliant de façon anarchique, les cellules cancéreuses donnent naissance à des tumeurs de plus en plus grosses qui se développent en envahissant puis détruisant les zones qui les entourent (organes). Les cellules cancéreuses peuvent également essaimer à distance d'un organe pour former une nouvelle tumeur, ou circuler sous forme libre. En détruisant son environnement, le cancer peut devenir un réel danger pour la survie de l'être vivant

    Tous les cancers, bien que différents, répondent aux mêmes mécanismes d'apparition et d'évolution

     Afficher l'image d'origine

    Afficher l'image d'origine

     

     Source : Ligue contre le cancer

     


    votre commentaire
  •  

    Des études menées ces dernières années ont fournies une explication partielle, elles ont montrées que le développement de cellules cancéreuses est dû aux effets combinés de 3 éléments : les facteurs environnementaux (hygiène de vie, agents mutagènes, UV...), les facteurs génétiques (déterminant la sensibilité de chaque individu) puis enfin le hasard...

     


    votre commentaire
  • Le mot cancer regroupe de nombreuses variétés de tumeurs malignes, tous les organes et tout les êtres vivants peuvent en développer.

    Différents types de cancers

     Schéma regroupant différents types de cancers

     Les tumeurs malignes sont constituées de cellules cancéreuses qui envahissent et détruisent les cellules qui se trouvent à proximité. Une tumeur maligne peut se développer/propager à distance : on appelle cela métastase.

     

    ces variétés de cancers sont réparties en plusieurs catégories:

    les cancers de type solide qui regroupent:

     les carcinomes: les cellules cancéreuses apparaissent dans un tissus recouvrant les surfaces internes (tissus revêtant les organes ) ou externes (ex:épiderme)Dans cette famille, on distingue les adénocarcinomes qui se développent à partir de l'épithélium d'une glande telle que le sein et la prostate. (cancer des muqueuses ex : œsophage)

    les sarcomes; les cellules cancéreuses apparaissent dans un tissu « de support » comme les os, la graisse ou les muscles. On parle d'ostéosarcomes (sarcomes des os), de liposarcomes (sarcomes des tissus graisseux) et de rhabdomyosarcomes (sarcomes des muscles striés)

     les cancers dit liquide ou sanguin

    ou il en existe 2 types:

    les lymphomes/les leucémies

    ces types de cancer affecte le sang ou les organes lymphoïdes, organes dans lesquels certaines cellules du sang acquièrent leur fonction.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Radiothérapie

     

    Elle consiste à exposer les cellules cancéreuses à des rayons. Cette exposition provoque une transformation des cellules qui perdent alors leur faculté à se multiplie.

     

    C’est l’un des traitements les plus fréquemment employés dans la prise en charge des cancers

     

    il faut avoir une tumeur repérable, précisément localisé pour éviter de toucher les cellules saines

     



     

    La chirurgie

     

    C'est la forme la plus ancienne de traitement des cancers. C’est encore aujourd’hui souvent le premier traitement qui est proposé aux personnes chez qui un cancer a été diagnostiqué. Elle est utilisée dans environ 80 % des cas.

     

    Elle consiste a ce qu'une fois la tumeur localisée, on vous opère pour la retirer : on élimine la tumeur et les éventuelles cellules cancéreuses présentes à proximité de celle-ci.

     

    L’intervention est pratiquée par un chirurgien polyvalent ou spécialiste de l’organe touché. Elle peut être réalisée sous anesthésie générale ou sous anesthésie locale ; tout dépend de la localisation de la tumeur.


     

    Chimiothérapie

     

    Il s’agit d’un traitement à base de médicaments.

     

    Ces médicaments agissent, soit en détruisant les cellules cancéreuses, soit en arrêtant leur multiplication. Certains d’entre eux sont plus actifs contre un type de cancer plutôt que d’autres.

     

    La chimiothérapie peut ainsi servir à réduire la taille d’une tumeur avant une opération  chirurgicale, à limiter les risques de récidives après l’intervention chirurgicale ou à traiter des localisations secondaires de la tumeur.

     

    Pour une efficacité optimale elle peut être associé à la chirurgie/radiothérapie.

     

    La majorité des médicaments de chimiothérapie se présente sous une forme liquide qui est injectée directement dans le cathéter ( tube souple de longueur variable qui est introduit directement dans la veine du patient afin que les médicaments arrivent plus rapidement au cœur qui lui les distribue dans le corps entier). Ils sont ainsi administrés par voie intraveineuse au cours de perfusions.

    La chimiothérapie peut également être administré par comprimés .

    ce traitement comporte une certain nombre d'effets secondaires car il attaque également les cellules saines comme la perte des cheveux (Alopécie) , des vomissements, lésions de la bouche, une fatigue en supplément de celle déjà présente de la maladie, et enfin une baisse des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes qui entraîne une aplasie.

     


    Hormonothérapie

     

    C’est un traitement qui consiste à bloquer l’action ou la production d’hormones naturelles afin d’empêcher le développement des cellules cancéreuses, contrairement à la chimiothérapie et à la radiothérapie qui cherchent à tuer rapidement les cellules cancéreuses l’hormonothérapie vise a entraîner la mort à plus long termes en créant un milieu hormonal qui leur est plus défavorable.

     


    Immunothérapie

     

    C'est un traitement qui vise à mobiliser les défenses immunitaires du patient contre sa maladie, lorsqu’une personne est atteinte le traitement va chercher a développer des lymphocytes T et B afin d’étouffer les cellules malignes (les premiers essais de cette technique ont démarrés en janvier 1997)

     


    Traitements ciblés

     

    Car chaque individu est différent et réagit différemment biologiquement, les traitements ciblés permettent une médecine personnalisée qui consiste à choisir le traitement le plus adapté en fonction du profil biologique du patient et des caractéristiques moléculaires de sa maladie

     

    C’est en cancérologie que cette médecine a connu de grands développements, grâce à la connaissance approfondie du fonctionnement de la cellule cancéreuse.

     



     


    votre commentaire
  •  Résultat de recherche d'images pour "detecter pour mieux soigner"

     Plus un cancer est détecté tôt dans son développement, moins le pronostic vital du patient est engagé.

    DÉTECTER TÔT POUR MIEUX SOIGNER

     

    Le dépistage régulier permet d’éviter un cancer et est donc important à prendre en considération

     

    Le dépistage s’adresse à tout le monde, à partir d’un certain âge : cela concerne toutes les femmes entre 50 et 74 ans pour les cancers du sein, toutes les femmes entre 25 et 65 ans pour les cancers du col de l’utérus, les hommes et les femmes entre 50 et 74 ans pour les cancers du côlon et du rectum.

     

    Pour proposer un dépistage, il faut tout d’abord disposer d’un examen, appelé test, permettant de détecter les personnes de la population qui sont plus susceptibles que d’autres d’être porteuses d’un cancer à son début, voire d’une lésion pouvant entraîner l’apparition d’un cancer et pour lesquelles il faudra faire un bilan complet;

     

    En effet la prise en charge tôt du cancer se soigne dans la plupart des cas et permet l’utilisation de traitements moins lourds. Comme dit précédemment, il existe des moyens pour se faire dépister pour beaucoup de cancers fréquents qui peuvent être :

     

    > un examen radiologique comme la mammographie dans le cancer du sein,

     

    > un examen des cellules par le microscope comme le frottis cervical dans les lésions du col de l’utérus,

     

    > une recherche d’un saignement anormal du tube digestif, comme le test hemocults II pour les polypes et les cancers du côlon et du rectum

     

    Dépistage en chiffres

     

    Nombre de dépistages devant êtres réalisé annuellement en France

     

    Cancers du sein : 3 720 000 mammographies

     

    Cancers du col de l’utérus : 5 millions de frottis

     

    Cancers du colon et du rectum : 8 million d’hemocults ll

     



     



     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique