•  

    L'appareil utilisé se compose d'un bras articulé muni d'un tube à rayons X et d'une plaque contenant un film radiographique.

     

    Initialement, une radiographie était simplement un film sur lequel on pouvait observer des contrastes qui correspondaient aux différentes structures internes de l'organisme.  

     

        Le principe de la radiologie est une impression photographique par les rayons X sur un film argentique (plus précisément une cassette contenant un film sensible à la lumière visible et recouverte généralement de un ou deux écrans renforçateurs qui s'illuminent lorsqu'ils sont exposés aux rayons X). Les rayons X peuvent traverser la matière, ce qui explique que la quantité de rayons X reçue dans les différentes zones du film dépend de l'absorption des rayons X par les différents tissus traversés soit leur densité. 

     

    Ainsi, les os très denses apparaîtront en clair (vers le blanc), tandis que les structures moins denses (les tissus mous) et les organes tels que les poumons (contenant de l’air) seront visibles sur la radiographie dans une couleur beaucoup plus sombre (dans différents tons de gris voire en noir ). 

     



     

        Différentes technologies comme l'informatique ou les produits de contraste ont ensuite donné naissance à plusieurs types de radiographies. Pour des questions pratiques, les appareils utilisés diffèrent légèrement selon leur zone d'application (dentition, poumons, squelette...). Ceci explique que la radiologie est aujourd'hui utilisée aussi bien en chirurgie dentaire qu'en kinésithérapie. 

     

        Ainsi, la radiologie dite de contraste se différencie de la radiologie standard par un aspect technique : avant la radiographie, on effectue une injection (intraveineuse, rectale, orale ou intra articulaire) d'un produit de contraste "radio opaque", c'est à dire une substance qui absorbe fortement les rayons X. Les milieux qui contiennent cette substance apparaîtront donc sur la radiographie en teinte très claire, ce qui augmentera fortement les contrastes entre les différents organes et les différents milieux qui contiendront ou non les éléments radio opaques injectés. La radiographie obtenue paraîtra plus nette, plus fine, et sera donc plus facilement interprétable. Le produit de contraste le plus souvent utilisé est l'iode notamment pour l’exploration des reins, de l’utérus ou des articulations ; mais le baryte peut être également utilisé pour l’exploration des intestins.

     



     

    La dernière grande évolution de la radiologie est la numérisation avec l’apparition des tables à capteurs plan. Elle permet : 

     

    • de diminuer encore les doses de rayons X utilisées 

    • d’obtenir des images de qualité pouvant être étudiées par un ordinateur 

    • de transmettre des images à distance 

    • Elle est plus écologique : les films sont supprimés et remplacés par des supports papier. 

     


    radiographie d'un poumon sain

     

    La radiographie

    Radiographie de la patiente lors de la découverte du lymphome d'Hodgkin

     


    votre commentaire
  • La ponction ganglionnaire consiste à prélever un morceau très fin de ganglion avec une aiguille. C’est une ponction que l’on peut effectuer avec une aiguille fine.

    • Soit les ganglions sont superficiels : on peut alors les maintenir avec les doigts, et cela se fait en consultation
    • Soit ils sont profonds et cela se passe dans un service spécialisé. Dans ce cas, la ponction est faite soit sous contrôle radiologique, soit au cours d’un autre geste diagnostique avec anesthésie

    Pour les ganglions superficiels, l’examen se fait très simplement en consultation : après désinfection de la peau, en maintenant le ganglion entre 2 doigts, le médecin le pique avec une aiguille très fine. Il n’y a pas besoin d’anesthésie locale. Il aspire avec une seringue, et projette le contenu (il y en a très peu) sur des lames pour examen au microscope ou sur des milieux de culture pour chercher une infection.

    Pour les ganglions profonds, le principe est le même. On peut suivre le trajet de l’aiguille avec un écran relié au matériel d’imagerie : échographie par exemple. On peut également faire la ponction au cours d’une laparoscopie ou d’une médiastinoscopie .

    La ponction permet de rechercher la cause de l'adénopathie en recherchant des cellules anormales ou des agents infectieux .

     

    on a retrouvé une prolifération de lymphocytes et une cellules de Reed-Sternberg mais ce n'est pas significatif car elle peut rarement être retrouvée dans d'autres lymphome, cela ne définit pas un diagnostic complet (stades....)

    la suite du diagnostic dépendra donc de la biopsie


    votre commentaire
  • Le PET Scan (Tomographie par Émission de Positrons ou TEP en français) est un examen isotopique. Il consiste à injecter un produit légèrement radioactif (isotope) dans le corps, qui va se fixer sur les tumeurs et/ou métastases. L'isotope le plus fréquemment utilisé lors d'un PET Scan est le FDG, une sorte de sucre fluoré dont la durée de vie n'excède pas 2 heures. Aucun risque, donc, d'être irradié(e) comme à Tchernobyl!

    Le PET Scan sert à détecter une tumeur cancéreuse et/ou des métastases, et à surveiller leur évolution. Une tumeur cancéreuse n'est pas une masse inerte. C'est un amas de cellules qui se divisent de manière rapide et incontrôlée et consomment beaucoup d'énergie. Une tumeur ou une métastase est donc une zone à haute activité métabolique. Le PET Scan permet de les repérer.

    Première étape, le médecin spécialiste en médecine nucléaire commence par t'injecter un isotope dans le corps. L'isotope va se fixer sur les masses anormalement actives. Cette étape peut prendre un certain temps (une à deux heures). Deuxième étape, tu t'allonges sur la table du PET Scan, une machine semblable à un gros donut, et tu passes à travers le tube. Celui-ci contient une série de capteurs sensibles au rayonnement radioactif de l'isotope. Troisième étape, sur base des données enregistrées, de puissants ordinateurs reconstruisent les images finales.

    Le PET Scan permet:

    • d'examiner l’ensemble du corps en un seul examen et donc de traquer des métastases. Préparation non comprise, il dure environ 50 minutes. 
    • de visualiser des tumeurs qui, à cause de leur petite taille, ne sont pas toujours visibles aux examens radiologiques classiques. Les tumeurs ayant une importante activité métabolique, le PET Scan permet de les voir, quelle que soit leur taille. 
    • de faire la différence entre une masse bénigne (non cancéreuse) et une tumeur cancéreuse (grâce à son activité métabolique).

    Résultat de recherche d'images pour "tep scan"


    votre commentaire
  • Examen déterminant dans le diagnostic de la maladie d'Hodgkin, la biopsie ganglionnaire est tout simplement l'examen le plus important du diagnostic : il permet d'identifier clairement la maladie grâce à la présence ou non des cellules de Reed-Sternberg .

    La biopsie d'un ganglion lymphatique est une procédure ambulatoire qui peut être réalisée dans un hôpital, dans un cabinet médical ou dans un autre établissement de soins. Un chirurgien peut effectuer l'ablation d'un ganglion lymphatique entier ou prélever un échantillon de tissu du ganglion enflé. Pour prélever l'échantillon de tissu, le médecin peut utiliser divers instruments: aiguille creuse, pince, etc. Opération effectué sous anesthésie locale ou intégrale.

    Après l'ablation de l'échantillon de ganglion lymphatique ou de tissu, celui-ci est envoyé à un pathologiste, qui l'examine sous un microscope

     

     cliquer ici pour les résultats du diagnostic

    La biopsie ganglionnaire

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique